Reste fort, et apprend.

Bonsoir, Hello, comme tu veux.

Nouvel article après avoir m’être dit « faut qu’j’écrive, faut j’écrive faut qu’j’écrive » sans jamais vraiment y arriver. C’est pas l’envie qui me manque mais juste le syndrome de la page blanche.

Comme d’habitude, la peur de pas savoir quoi dire, comment l‘ordonner, et surtout de ne pas savoir comment le dire. Parce que la manière dont je pense et la façon dont je ressens tout c’qui s’ passe est difficile à mettre à l’écrit. J’ai l’impression de ne pas réussir à faire sortir et ressentir les émotions. P’tet que j’me trompe, mais c’est comme çà que j’le vois. C’est surtout pour ça que j’essaie d’écrire comme je parle, pour essayer de faire de mon texte une chose réelle.

J’aimerais commencer cet article par une réponse que j’ai donné sur mon Curiouscat.me, un site ou on peut me poser des questions en anonyme. Je reviendrai la dessus un peu plus tard parce-que j’ai eu une sacrée histoire avec ce site. D’ailleurs, si jamais l’envie te dit de me poser des questions et que tu n’oses pas le faire en personne, je t’invite à le faire directement sur ce site dont le lien s’affiche juste là: https://curiouscat.me/Kriworr Sache que je réponds à toutes les questions, personnelle ou non, donc tu peux te faire plaisir.

Je poste cette réponse parce que ça introduit à peu près ce qu’il s’est passé ces deux dernières années et plus précisément, ces derniers jours.

Donc voici la question initiale:

Qu’elle est ta citation favorite et que représente t’elle pour toi ?

Et voilà ce que j’ai répondu :

« It All just disappear doesn’t it? Everything you are, gone, in a moment like, breath, on a mirror. We all change, when you think about it. We’re all different people all through our lives. And that’s okay, that’s good, you’ve got to keep moving. So long, as you remember, all the people that you used to be. I will not forget, one line of this. I swear. »

Longue citation, mais bordel, c’est juste tellement vrai. Ça représente totalement mon état d’esprit, rien est éternel, tout est un changement continu, souviens toi des meilleurs moment, souviens toi de tes erreurs et essaie de passer au-dessus. Tout simplement, profite du moment présent, car tu ne sais pas de quoi demain ton avenir va être fait. T’as beau tout planifier, rien ne se passera comme tu l’as prévu. C’est exactement ce qu’il se passe dans ma vie.

Voilà. Concrètement, cette réponse est mon état d’esprit actuel. J’arrive pas à savoir si c’est une bonne chose ou non, mais c’est un fait. En prenant en compte tout çà, j’essaie de relativiser tout les événements passé, essayer de prendre du recul, et en tirer des conclusions. Je crois que c’est ça devenir mature ou adulte. Savoir prendre du recul. Prendre en compte que tout ne peut pas être parfait, savoir qu‘on n’est pas infaillible, qu’on fait des erreurs et savoir qu’on ne peut pas avoir tout c’qu’on veut.

J’vais essayer de détailler ça.

Il y’a 7 ans, je décidais de devenir Administrateur Système à Lyon. J’avais le plan dans ma tête. Tout était nickel, un plan « infaillible« .

Aujourd’hui, je suis Chef d’équipe Télécom SNCF à Bellegarde-sur-Valserine. Tu penses vraiment que c’était prévu ça ? Bordel.

Qu’est-ce qui s’est passé ? Comment j’en suis arrivé là ? La plupart des gens que je côtoie aujourd’hui le savent, donc je vais pas rentrer dans les détails. Tout ce qu’il faut savoir, c’est que j’ai moi-même choisi de refuser cette opportunité parce que j’ suis une flipette. On va pas s’en cacher hein, c’est la réalité. Soucieux de ne pas prendre de risque, soucieux de rester dans mon confort, en terrai connu si j’puis dire, j’ai refusé la carrière « de ma vie« , que je planifiait depuis 6 ans, tout simplement parce que j’avais peur de l’inconnu et de l’échec.

Obvious.

Et tu sais quoi ? Aujourd’hui, je viens de faire la même chose qu’il y a un an. moi qui ne peux pas blairer Bellegarde, je viens de faire le choix d’y rester pour 5 ans minimum. Tu t’rends compte ? Pour la peur de l’inconnu, parce qu’au final « mon taff’ actuel est pas si mal, pis Bellegarde, on s’y fait »

Je viens aujourd’hui de faire le choix de rester 5 ans presque certains ici tout çà pour justifier un choix que j’ai fait il y a un an. Tout çà pour me dire, bordel, t’ as pas fait tout ça pour rien.

Mais une question subsiste, UNE putain de question subsiste: Et si j’étais sorti de ma zone de confort dès le début ? Si j’avais osé tenter le coup, qu’est-ce-qui se s’rait passé ?

Et je sais que c’est pas bien de penser ça. Ça sert à que dalle de penser ça. Mais t’auras beau me dire ce que tu veux, ça arrêtera pas de mouliner dans ma tête.

Et aujourd’hui je paie « l’erreur » que j’ai pu POTENTIELLEMENT commettre il y a un an en refusant ce plan que j’m’était fixé dans ma tête.

Je paie ce choix en restant potentiellement 5 ans à Bellegarde. Je crois qu’en faisant çà, je me pousse à me dire que c’était pas une erreur, qu’au final, ça va aller mieux, ça va bien s’passer, j’ai fait le BON choix. Alors qu’en fait, j’en saurais jamais rien.

En fait, j’ai pas de haine envers Bellegarde, depuis le début j’le sais. Depuis le putain de début. En fait, j’ en ai rien à foutre de l’endroit où je suis. Il ne me faut qu’une seule chose en fait pour être bien. Et ça tu l’sais. Ne pas être tout seul.

Depuis que je suis arrivé à Bellegarde, j’avais qu’une seule idée en tête, retourner sur Grenoble, terrain connu, grande ville, mes potes à proximité etc. Et en fait j’y pensais tellement que je me rendais pas compte de la « chance » que j’avais dans ma carrière professionnelle à être à Bellegarde. Et aujourd’hui, j’ai failli tout niquer. Aujourd’hui, j’ai eu ENFIN l’opportunité de revenir sur Grenoble.. et j’ai refusé. J’AI REFUSÉ. Parce que si j’y retournai, je niquais toute ma carrière professionnelle et ce putain de choix que j’ai fait il y a un an n’aurait servi à que dalle.

Alors tu peux te dire « Oh le con, il a privilégié sa carrière pro à sa vie perso » sauf que coco, c’est pas le fait d’être à Grenoble ou à Bellegarde qui va changer les choses. C’est pas parce que je vais retourner à Grenoble que ma vie sociale va tout de suite s’améliorer. C’est pas Grenoble qui va faire que je vais sortir plus souvent, que je vais rencontrer de nouvelles personnes, que je vais rencontrer mon âme sœur etc. Donc ça sert à rien de niquer ma vie pro pour ça.

Et ça tu vois, je viens de le comprendre aujourd’hui. Et c’est seulement maintenant, a 1 H du matin, que j’arrive à mettre des mots dessus. Et bordel, vous vous rendez peut être pas forcément compte de c’que c’est, mais c’est quelque chose d’énorme.

J’ai pris du recul. Grâce à mon vécu, à mes erreurs passé, j’ai réussi à éviter de tomber dans l’piège. Donc, tu vois, je crois que je deviens  mature.

Au final, c’est pas vraiment des conneries ce qu’on te raconte, t’en apprends vraiment tout les jours, faut juste savoir se prendre des claques dans la gueule pour mieux les anticiper la prochaine fois.

J’vais plus être très long, je te rassure, je termine cet article bientôt. Juste, je voudrais te faire écouter un truc : Écoute.

 

Voilà. Ça, c’est un message audio que je me suis envoyé lors d’un moment sympa. Un moment à retenir. Un moment ou j’allais bien. Et mine de rien, ce message, ça permet de se rappeler. Ça permet de se rappeler que tu fais pas ça pour rien. Tu fais tout ça pour ces petits moments et à garder son objectif en tête. A « rester fort ». Ce message, destiné à la base, à ma personne uniquement, à réussi à regrouper en 1 minute 53, toutes mes craintes et à essayer de me rassurer. Merci l’alcool.

Donc, ouais. Ça va pas être facile, mais je vais essayer de suivre ce message. Je vais essayer de rester fort. Et je le fais déjà. Grace à vous, notamment, lecteurs, lectrices, qui me suivent, qui me demandent comment je vais, et qui me demandent de nouveaux articles. Voilà. J’espère que j’ai pas été trop long, que j’ai pas été trop vague ou dispersé, mais je ne veux pas toucher à ce texte, il perdrait sa vérité.

Merci à vous, n’hésitez pas à réagir, c’est important pour moi.

Et pour une fois, la musique ne sera pas à lire au début, mais à la fin de cet article.

Une réflexion sur “Reste fort, et apprend.

  1. Jean Dupont dit :

    Je sais pas si j’ai dit ça la dernière fois, mais je pense que tu te prends trop la tête. Tu te poses trop de questions. Ou alors c’est juste moi qui sait pas réfléchir ¯\_(ツ)_/¯

    Effectivement, la vie c’est plein de merde, plein de conneries et d’erreurs. Mais essayes de voir ça comme un arbre (grosse philosophie de vie). T’as plusieurs branches « disponible », mais toutes t’amènes en haut.

    Pas grand chose d’autre à dire à part « courage », persuadé que tu en as déjà..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *